Dorine

Il était une fois mon blog

Samedi 30 août 2008 à 17:18

La fin du monde est proche, très proche, dans 3 jours c'est l'apocalypse.

Nan je déconne pas dans trois jours à 11h précise, ce sera la fin.

Oui d'accord, se sera juste la fin des vacances, enfin pour moi , mais j'ai aucune envie de retourner en cours juste quand il commence à faire beau.

Et puis je vais me retrouver toute seule, sans personne que je connais obligatoirement.

Je commence à regréter de ne pas être resté en S, au moins là j'aurais eu une chance d'être dans la classe de Mélanie.

Ou carément passer en terminale S, ça se trouve j'aurais été dans la classe des filles...

J'en arrive à un point ou je suis prête à faire n'importe quoi pour arrêter d'avoir peur, j'ai trop peur...

L'année derniere j'ai eu un peu peur avant la rentrée et je me rassurais en me disant que sur le nombre de personne qui allait en S que je connaissais j'allait bien tomber dans la classe d'au moins l'une d'entre elle... Mais cette année j'ai rien pour me rassurer.

En seconde je me suis retrouvé toute seule, mais je savais que ce n'était que temporaire que j'allais changer de classe, alors je me suis assise au dernier rang à côté de deux filles qui avaient l'air à peu près sympa.

Mais cette année je ne sais pas comment faire, j'ai peur d'arriver dans une salle de classe vide, de m'assoir au dernier rang et d'attendre que quelqu'un s'assoit à côté de moi, et personne, personne ne vient. Je refais ce cauchemar environ une fois par semaine depuis que j'ai décider d'aller en 1ere Es, et là plus s'approche la rentrée pire c'est. Ou alors j'arrive dans une salle pleine, et à chaque fois que je demande à quelqu'un si je peux me mettre à côté de lui il me répond que non il attend quelqu'un et je me retrouve seule au dernier rang.

Cette année pour la permière fois depuis longtemps je ne regarderais même pas s'il y a quelqu'un que je connais sur la liste des gens de ma classe, ou si peut être que je le ferais, mais pour rien à coup sur. Je ne connais aucun seconde qui va en ES, et encore moins de première S qui vont en Es, quand au deux Es que je connais, elles passent en terminale...

Qu'est ce que je vais bien pouvoir faire ? Je suis de plus en plus stressée bientôt je vais me mettre à sauter partout comme si j'étais une pile éléctrique montée sur ressort...

J'arrive pas à m'y faire que elles passent en terminale et que moi , je reste là, j'avance pas je fais un pas sur le côté sans avancer.

Et puis va falloir que je me mette à bosser et sans rire ça fait depuis longtemps que je ne l'ai pas fait, il n'y a pas que les deux mois de vacances qui me sépare du travail mais aussi le fait que je n'ai plus rien fait au troisième trimestre tellement j'étais resignée, enfin surtout en math et en physique chimie. C'est vrai que je ne m'inquiettes pas trop pour le français l'histoire et l'espagnol, ça je pense que je vais m'en sortir, mais va falloir que je me remette à bucher serieusement les maths, et je sais pas si j'aurais le courage. Quand à l'anglais, là c'est carément une année entière que j'ai passé sans bosser...

J'ai vachement peur de me planter, vachement peur de ne pas saisir ma deuxième et dernière chance, et j'ai vachement peur de passer une et carément deux années pourrie dans une classe avec une salle ambiance comme toute celle dans lesquelles j'ai été depuis ma 5eme et en plus cette fois si sans personne à qui me ratacher.

A vrai dire, j'arrive pas souvent à faire amis amis avec les gens de ma classe tellement je tombe dans des classes pleine de petit con et de petasse, pour Mélanie c'est elle qui m'a couru après. Disons que je ne suis pas très à l'aise en relation humaine, c'est vrai que je vis un peu dans un autre monde et que pour que je sois à l'aise avec quelqu'un il faut quand même un moment. Généralement au début je dis rien j'observe et je réponds au question, balance deux trois mots quand il faut donner son avis, ce temps est plus au moins long selon les personnes, que j'arrive à les cerner ou non. Après soit ça accroche et là on ne se débarasse plus de moi, ou alors ça reste comme au début, une conversation poli sans plus.

Il y a des fois, je vois tout de suite que ça va accrocher, comme avec Clémence par exemple, je me suis tout de suite dit que je n'aurais aucun problème de même avec Nolwenn, pareille avec Mélanie, dès que j'ai commencé à parler avec elle j'ai vue qu'on était sur la même longueur d'onde.

Et comment je fais si je ne trouve personne avec qui sa accroche, j'ai pas envie de passer une année ou dès que la sonnerie retenti je me précipite dehors pour retrouver les filles et discuter de tout ce que je peux pas dire en cours parce que j'ai personne à qui parler. En troisième c'était déjà comme ça, et c'est vraiment pas cool comme année, et ça donne pas envie de bosser, la preuve en troisième j'ai rien glandé.

J'espère vraiment que ça va bien se passer, je vais tout faire pour, mais ça ne m'empèche pas d'être super inquiète.

ça c'est l'image d'un cours auquel j'aimerais bien assiter, même si je déteste la chimie l'alchimie c'est géniale. Qu'est-ce que je donnerais pas pour disparaître dans un manga...

Bordel rangé dans : Ma vie passionante

rends moi célèbre :

Mlle Isuzu pour vous servir

5 coups de crayons

Jeudi 28 août 2008 à 11:27

Je ne suis qu'une gamine dans un corps d'adultes, adolescente...

J'étais une gamine très sage, assez mature, j'étais une ado très chiante qui voulait être adulte tout de suite et maintenant, et à force de vouloir grandire et de voir le monde des adultes, j'ai eu peur. J'étais une ado dans un corps d'adulte, n'importe quel ado voudrait ça, j'ai eu peur.

Quand j'ai eu 12 ans j'ai arrêter de grandir, quand j'ai eu 13 et demie on m'a pris pour la monitrice dans un camps de vacances, à 14 ans et demie je commençais à bosser dans le restau de mon père, certain croyais que j'avais 19 ans, au moins, et cette année il m'appelle madame.

Au moment ou j'ai eu mon corps d'adulte, mon esprit à regréssé, je ne voulais plus être grande, je voulais rester enfant.

J'avais peur de perdre mon imagination, après tout c'est tout ce que j'avais. Comme dit Claude Miller, la seule arme des enfants contre le monde, c'est l'imaginaire.

Quand on me demande quel age j'ai, à chaque fois je faillit répondre : 14 ans.

14 ans, c'est l'age où je me suis coupée en deux, d'un côté je suis devenu adulte et j'ai compris que je ne serais jamais comme tout le monde, et de l'autre j'ai repris mes rêves de gosses et je me suis mis à écrire comme une malade.

Et j'ai eu 15 ans, j'arrivais pas  m'y faire, 15 ans c'est vachement grand, depuis que je suis gamine je m'imagine à 15 ans, depuis que je suis gamine je m'imagine au lycée, j'ai eu beaucoup de mal à répondre 15 à la question quel age j'ai.

Et puis j'ai eu 16 ans, c'est très vieux 16 ans, depuis que je suis gamine j'essaie de m'imaginer ce que je serais à 16 ans (le resultat et très loin de ce que j'imaginais), depuis que je suis en 6eme je m'imagine en 1erS. Et là j'ai découvert qu'il y avait un véritable problème parce que je restais accrochée à mes 14 ans, lorsque je calcule ma différence d'age avec quelqu'un automatiquement je calcule comme si j'avais 14 ans... Pourquoi 14 ans ?

A 14 ans je voulais devenir actrice ou  scénariste/réalisatrice voir les deux à la fois, à 14 ans je ne voulais pas bosser derrière un bureau, j'aimais plus les maths et les sciences ça me faisait chier.

J'ai faillit devenir anarchique à 14 ans, j'ai faillit bazardé mes habits coloré et devenir gothique, j'ai commencé à vouloir partir très loins à 14 ans.

A 14 ans je suis devenu tout ce que je suis, je n'ai pas changé depuis mes 14 ans.

A 14 ans j'ai découvert les mangas, les Wriggles, la rue Kétanou et Tryo, je suis devenu fan de BD à 14 ans et j'ai commencé à dessiner.

A 14 ans j'étais deçu de quitter le collège sans avoir vécu tout ce dont j'avais rêvé y vivre.

Depuis mes 14 ans il n'était arrivé qu'une suite de ce qui avait déjà été commendé, j'avais les mêmes gouts, les mêmes idées, les mêmes rêves.

Et puis j'ai découvert Mélanie et Thomas, deux artistes rêveurs comme moi, et j'ai enfin compris que je n'avais pas à avoir honte de tout ce que je suis.

Parce que depuis mes 10 ans et la fabrication de mon premier livre on rigole et ne me prends pas au sérieux quand je dis que je veux être écrivain. Alors je me suis tue, comme un rêve inavouable, j'avais honte de rêver être quelque chose d'aussi peu sérieux, j'avais peur qu'on se moque de moi et qu'on me répéte encore que c'est impossible. Mais eux ils m'ont pris au sérieux et j'ai enfin accepté d'être tout ce que je suis.

Je m'efforçais d'être sérieuse, très serieuse pour devenir une grande scientifique, un métier très sérieux dont mes parents seraient très fiers. Et quand je disais scientifiques, ça faisait serieux, personne ne se moquait, tout le monde acceptait l'idée que Dorine serait une scientifique plus tard, bidouillant des fioles et des pipettes pour découvrir des choses.

Mais je suis enfin tout ce que je suis, je sors de ma carapace et montre enfin mon vrai visage, je n'ai plus peur, je n'ai plus honte, je ne veux plus me cacher derrière ce masque.

J'étais persuadée que pour que l'on m'estime il fallait que je suis une intello de S, je bossais pour être meilleur et ne pas passer pour une glandeuse au milieu de mes amies très sérieuse. Je me suis fabriqué un visage de deuxième de la classe que je ne suis pas. j'avais honte de mes notes moyenne je buchais pour m'élever au même rang qu'elles.

J'ai fais tomber les masques je suis ce que je suis, je sais où je vais et mes rêves et mes projets sont incassable, j'irais où je veus, je n'ai pas peur du regard des autres et des moqueries ou qu'on ne me prenne pas au sérieux. Je ne bosse plus pour les autres mais pour moi, parce que je sais maintenant pourquoi je bosse et où je vais, j'ai enfin un but et personne ne me l'enlevera.

Je suis enfin tout ce que je suis et j'espère ne jamais changer, garder toujours les mêmes idées et les mêmes rêves.

Bordel rangé dans : Ma vie passionante

rends moi célèbre :

Mlle Isuzu pour vous servir

6 coups de crayons

Mercredi 27 août 2008 à 10:41

Alors profitant des dernier jour de vacances j'ai installé le logiciel qui était avec ma tablette grafique.

J'ai été épaté par le nombre de truc qu'on peut utiliser, donc voilà, j'ai tout testé, d'abord le crayon, ensuite une pastelle, puis une autre pastelle, après le feutre, le rouleau, la peinture, le pinceau la spatule, et la bombe... C'est géniale et j'ai même trouvé comment mettre dans un format accépté sur ce blog...

Ensuite on peut choisir la taille très précisement (en %) donc j'ai fait de 10 en 10 avec le feutre.

Puis après j'ai testé les differente couleur qu'on choisi directe sur un arc-en ciel, et avec la peinture on peu les mélanger.

Bref moi ça m'éclate de pouvoir faire de la peinture sans m'en foutre plein les doigts.

Bordel rangé dans : Ma vie passionante

rends moi célèbre :

Mlle Isuzu pour vous servir

4 coups de crayons

Mercredi 27 août 2008 à 9:54

arcticle datant d'hier

Je remonte ma manche et essais de me concentrer sur le mur beige-marron alors que mon visage dois virer au blanc, il est 11h, je fais une prise de sang et l'air de rien dans une semaine c'est la rentrée.

Il pourrait mettre un talbeau sur le mur d'en face, qu'on est quelques chose à regarder, je sens l'aiguille qui s'enfonce dans mon bras, le sang qui remonte dans la sereingue, la fille change le tube, bouche le premier flacon, recommence...

Je detèstes les prises de sang, heureusement c'est rapide, j'étais tellement stressée sur le chemin du laboratoire qu'on aurait dit que je me dirigeais vers le lycée un jour de rentrée.

Dommage que la rentrée ne soit pas aussi rapide qu'une prise de sang.

Ensuite j'attends à la gare des T.U.L. pour acheter une nouvelle carte de bus, parce que l'autre sal* à refuser le prélévement automatique parce que j'ai soit disant déposé mon dossier trop tard (pauvre cruche, tu crois vraiment que j'ai que ça à foutre d'aller déposer un dossier)

Puis je pars à la recherche d'un sac sympa pour pas trop cher, et 4 boutiques et une heure plus tard je trouve enfin un sac pas mal dans mon budjet...

Mes journées sont de moins en moins interessante, je commence à déprimer et stresser beaucoup, une chose catastrophique va bientôt ce produire, pire que l'apocalypse, la rentrée.

Bordel rangé dans : Ma vie passionante

rends moi célèbre :

Mlle Isuzu pour vous servir

4 coups de crayons

Lundi 25 août 2008 à 21:06

Depuis le emps que je la voulais, je l'ai enfin !

Bon ça ne change pas le fait que je dessine toujours comme un pied, mais au moins je peux mettre mes dessins sur l'ordi (et sur mon blog).

En fait je l'ai depuis une semaine mais le temps que j'arrive à maitriser l'engin.

Et puis bon, ça pas été de la tarte l'instalation, j'ai branché la tablette et l'ordi c'est étein, en plus il ne voulait pas se rallumer. Il demandait qu'on mette le CD d'instalatoin de windows XP, après avoir fouillé pendant 1h j'en ai conclu qu'on l'avais pas, obligé de demander à mon oncle de nous passer son CDrom. Et après c'est ma mère qu'a réparé (pour une fois) l'ordi parce qu'entre temps j'étais à Rennes (mais ça je raconterais une autre fois).

Donc mes premiers dessins (préparez vous à l'horreur)

Pour essayé de justifier l'horreur que vous allez voir je vais signaler que j'ai fait ça vite fait et que je maîtrise pas encore totalement ma tablette (ça va venir normalement).

Bref, si vous ne voyez pas ce que représente les dessins, essayer de trouver des hypothèses, je ne me vexerais pas (chaque prétexe à rire est bon à prendre).

Et je vous dis ce que c'est dans pas longtemps...

Bordel rangé dans : Ma vie passionante

rends moi célèbre :

Mlle Isuzu pour vous servir

3 coups de crayons

Dimanche 24 août 2008 à 15:33

J'ai eu un petit chat, je crois qu'ainsi ma mère essait de me faire oublier que Rio n'est toujours pas revenu et qu'il ne reviendra peut être jamais, comme quand on offre des cadeaux à une gamine pour lui faire oublier que son chien n'est pas revenu de son sejour à la campagne.

Peut être parce que ma mère en avait marre que je lui dise "je t'avais dit qu'il fallait le stériliser".

Bref j'ai un petit chat, c'est une femelle, ma mère est contente parce qu'elle est pas tarée contrairement à Rio, moi aussi je l'aime bien, elle est trop mignone, mais ce qu'il serait mieux c'est que Rio revienne.

Après on va encore dire que je veux le beurre et l'argent de beurre, c'est faux, je veux les deux et le sourire de la crémière en plus.

En tout cas voici Moïra :

Son nom Moïra ça vient de Peter Pan (que je suis en ce moment en train de lire en anlgais), c'est le deuxième prénom de Wendy Moira Angela Darling.

Donc voilà ça occupe bien les vacances l'air de rien.

Bordel rangé dans : Ma vie passionante

rends moi célèbre :

Mlle Isuzu pour vous servir

3 coups de crayons

Vendredi 22 août 2008 à 16:15

Dans cette arcticle je vais te parler à toi, c'est très con, je pourrais t'envoyer une lettre, quoique j'ai pas ton adresse, un email je pourrais, un sms aussi, mais non, j'écris un arcticle alors que je pourrais retrouver ton numéro de tel et dire "salut, c'est Dorine tu te souviens de moi ? Alors qu'est-ce que t'es devenu ? Tu sais j'aimerais bien qu'on se revoit...".

C'est trop con, à l'heure qu'il est (23h31) je brouillone sans savoir vraiment si tout ça finira sur mon blog, si j'aurais le courage de t'appeler et de profiter des derniers jours de vacances pour te revoir.

J'ai fait un rêve, j'avais la trentaine, tout aussi avec un an de plus, j'avais réaliser mon rêve et écrivait des bouquins. Je dédicaçais mon dernier roman et dans la file d'attente à côté d'une ado surexitée y'avais toi. L'ado c'était ta fille, et toi quand je t'es reconu tu m'as dit "je pensais pas que t'allais vraiment reussir à écrire des bouquins quand on était ado, et là je pensais que t'allais me reconnaître". Alors on discutait un peu et je te donnais rendez vous après la séance de dédicace dans un bar à côté, ta fille elle avait faillit faire une crise parce qu'elle y croyait pas que j'étais une humaine comme les autres qui discute en buvant un chocolat, et aussi parce que tu lui avais jamais dit que tu me connaissais. Tu me racontais que t'avais eu Maggie ta fille, alors que t'avais 20 ans d'un mec que t'avais rencontrer sur internet et qui s'était barré un an plus tard avec tout ton fric et en te laissant un gosse. Tu me disais que t'avais compris après que j'avais raison, que les mecs vaux mieux les rencontrer en vrai que sur le net, je devenais la marraine de Maggie qui n'en croyais pas ses mirrettes, et j'assistais même à ton mariage un peu plus tard avec un type vraiment bien. Entre temps j'avais pondu trois best seller, après tout c'est un rêve. Quand je me suis reveillé je me suis dit "faut que je t'appelle" mais comme il était 4h du mat, je me suis retournée, rendormis, et j'ai oublié.

Et hier, je suis retourné sur mon skyblog histoire de voir si une fille stupide ne m'avais pas laissé un com idiot avec une pub ou si un petit con homophobe n'avait pas mis d'injure sur l'image de Drago et Harry qui se roule un patin, bref la routine quoi. Et puis sur le côté j'ai vu 2 fans, j'ai cliqué dessus, toujours curieuse, et puis je suis tombé sur ton profil et celui d'Anne-C, en fait sky s'est juste amusé à changer "amis" en "fans", j'en découvre de nouvelle à chaque fois que je retourne sur mon ancien blog...

Et puis j'ai cliqué sur ton blog, histoire de voir ce que t'étais devenu...

Je t'ai pas oublié, si peut être un peu, disons que je passais pas mal de temps à penser à autre chose. En 3eme ça a été une explosion de changement pour moi, j'acceptait que j'aimais une fille et que j'étais bi et je me prenais un rateau de cette fille environ 2 jours après celui du seul garçon baba cool du collège.

Gwen m'a fait la gueule parce que je trainais plus avec toi et elle, mais avec la fille du maire, et lui répondais que j'en avais rien à secouer que se soit la fille du maire, et que c'était pas pour ça que je trainais avec elle bien au contraire, puisqu'il est de droite son père et que mes convictions on toujours été dans le rouge. Bref je t'expliquais à toi, et te disais qu'elle en comprendrais jamais, je te disais que j'aimais Manon, je t'ai fais entierement confiance et j'ai eu raison, t'as parfaitement compris, parfaitement accepté, en tout cas j'en ai eu l'impression. J'ai vraiment apprécier ta réaction, parce que à l'époque j'avais du mal à digérer le rateau et j'aimais Manon à m'en rendre malade. Bref j'ai trainé avec les filles jusqu'à la fin de l'année, puis je suis allé au lycée, et toi t'en avais marre de l'école et t'es allé je ne sais plus où, je sais c'est lamentable, j'ai oublié. T'étais vraiment une fille bien l'air de rien, t'es toujours je pense.

Si je me souviens bien la première fois qu'on s'est vue on a échangé des feuille de bloc Diddle, t'étais une copine de la voisine d'Alicia et Alicia c'était ma meilleur amie à l'époque, après en 5eme je me suis faché avec Alicia et toute la crique à jamais, et début 4eme Jennifer m'a envoyé bouler, bref après qu'Aurelie m'en ai fait voir de toute les couleurs, je me suis retrouver encore seul dans ce collège de con, et puis toi le midi comme Gwen était externe t'étais seul aussi.

Et puis j'ai squatté avec vous, j'ai eu du mal parce que Gwen elle voulait pas de moi, vous m'avez fait courir parce que même si t'es une gentille fille tu contredisait pas souvent Gwen. Je me suis souvent faché avec Gwen, elle critiquait tout le monde tout le temps et était très suceptible, je me souviens qu'elle n'aimait du tout la manière dont je me fringais alors que toi tu trouvais plutôt ça marrant. Bref Gwen je lui ai jamais dit que j'aimais une fille, elle était pas assez tolérante, resultat elle à fini par le savoir comme tout le reste du collège, comme tout les secrets se transforme en rumeurs démesuré, et m'a fait la gueule pour de bon. Je l'ai croisé une fois le jour où on est allé chercher nos brevet à de martonne avec Emilie, elle était sur le contraire d'en face, j'ai fait comme si je l'avais pas vue, comme si j'avais honte d'avoir des amis comme elle et toi à côté d'Emilie.

Une rue plus loin j'ai sorti une connerie qu'Emilie a répété à tout le monde et me bassine encore les oreilles avec, en fait je crois que je me sentais vraiment mal pour ce que je venais de faire, d'avoir honte de vous deux.

Je t'ai croisé après mon 15eme anniversaire, on a discuté raconter les 3 dernière bricole qui nous était arrivé,t'avais cassé avec ton copain à cause de sa mère et moi j'avais enfin eu mon portable et je le dormais le numéro, tu me donnais ton nouveau n°, on s'est jamais appelé.

Je t'ai croisé le jour du concert d'Archimède, dans l'après midi, t'étais avec un mec, vraisemblablement le tien, et tu poussais une poussette, tu m'as pas vu, j'ai fais semblant de ne pas te voir, j'ai continué à discuter avec Clémence Pierre et Anne-C, je voulais pas les faire attendre pendant que je discutais avec toi. Et puis Clémence à mis trois plombe à choisir LES perles qu'il lui fallait pour ses boucles d'oreilles, et j'ai pensé à toi. Le petit bou dans la poussette, c'était quand même pas ton gosse, nan, t'avais juste 17 ans, nan même si t'aimais les gosses, ça devais être ton neveux ou ton petit cousin. J'ai regrété, beaucoup regretré, de ne même pas d'avoir regardé en passant et te donner une chance de me voir et de me dire bonjour, j'avais honte auprès d'Anne-C, j'avais honte auprès d'Anne-C, j'aurais pas du, j'ai regrété une fois tourné au bout de la rue, je n'ai pas à avoir honte parce que tu n'étais pas une super intello, parce que dans le fons t'étais sympa et c'est tout ce qui compte.

Quand t'avais 14 ans on étais en 4eme, j'en avais 13 et j'aimais beaucoup Eva avec qui on trainais, tu parlais de mec rencontré sur le net, ton rêve c'était de trouver un mec qui t'aime pour ce que tu es et d'avoir un enfant, moi c'était d'écrire des bouqui,s. Gwen elle se foutait de ma gueule, toi t'as bien aimé le texte que je t'ai donner pour vous faire voir ce que j'écrivais.

Quand j'ai eu 14 ans, Gwen elle s'était faché avec Eva, t'as suivi comme toujours et j'ai pas contesté, alors qu'Eva je l'aimais beaucoup, beaucoup trop. Je me souviens quand je t'ai dit que j'aimais Manon t'as dit "ah c'est pour ça que avec Gwen quand on parlait de mec" j'ai répondu que non, j'aimais juste pas trop le tchat, mais que les mec, si toujours. Tu m'as demandé si j'avais été amoureuse de l'une d'entre vous, j'ai dit non pas de toi ni de Gwen, mais j'ai pas dit que d'Eva, si, même si à l'époque je voulais pas l'admettre, si je l'aimais.

Y'a aucun ordre dans ce que je raconte, je te parle à toi de plein de truc que tu sais déjà et d'autre qui ne concerne pas vraiment et dont tu n'a vraisemblablement rien à foutre. En plus ça, ça va finir sur mon blog et ça se trouve tu le sauras jamais, c'est juste ma mani de soigner mes maux par des phrases.

Il est 0h29, ça va faire une heure que j'écris et en fait j'ai rien dit...

Je suis allé sur ton blog, maintenant hier, pour savpor ce que tu devenais, je suis tombé sur une photo de ton fils, oui ton fils. Il est beau, soit dit en passant, avec mon fils marqué fièrement en dessous, j'arrivais pas à y croire. J'ai fait un tout sur ton nouveau blog, j'ai trouver ça date de naissance, 19/02/2008, et que t'étais fiancée.

J'avais envie de laisser un com du genre, je tourne le dos 5 min et tu me pond un gosse, félicitation . Alors comme ça le gosse dans la poussette c'était ton fils, dans le fond je crois que je le savais, je l'avais dans ta façon de le regarder.

19/05/08 pendants les vacances où je me demandais si j'allais redoubler et qu'est-ce que je mettrais sur ma fiche de liaison, toi tu mettais un gosse au monde.

19/05/07, je collais des images de Love Mode, un Yaoi en 12 volume que je venais de finir, le 5eme Pink Diary était sortie y'a trois jour, j'étais totalement exité par le fait que Pirate des caraïbes sortait dans 3 jours et les préparatifs des 40 ans de ma mère le 26, toit tu tombais enceinte.

Je fêtais la fin des cours, toi t'apprenais que t'étais enceinte, pendant que je m'occupais du petit chat que je venais d'avoir, tu mettais sûrement ta famille au courant, alors que je dessinais pour un concour Nana de coyote mag, toi tu te demandais peut être de quel couleurs t'allais peindre la chambre du bébé, alors que je bazardais mon skyblog pour mon cowblog, tu lui cherchais probablement un prénom. Alors que préparais ma rentrée toi devais regarder les poussettes et les tables à langer, je m'achetais des nouvelles backets, toi peut être que tu lui achetais ses premiers vêtements, et pendant que j'achetais un kimono, tu regardais sûrement les biberons. J'étais stressé par la rentrée, et toi t'es retourné en cour ? Je me demandais si j'allais avoir ta moyenne en math et toi si l'ecographie dirait que tout va bien. Je reconçais à l'école pour devenir logisticienne dans m'humanitaire et toi tu demandais peut être le sexe de ton bébé au gynéco...

C'est vrai que mon année en 1erS, c'est rien à côté de la tienne, m'en fous bien de la sois disant élite de S, c'est aussi très dure d'être maman, et pourtant y'a besoin d'aucun diplome.

Je regrette de ne pas t'avoir téléphoné, envoyer de mail ou de texto, j'aurais voulu gardeer contacte, savoir ce que tu devenais, te voir enceinte. Dire que ton petit bou il a déjà 6 mois et je viens d'apprendre son existence...

J'aurais bien voulu te voir à la matérnité, ça m'aurait fait marrer et je m'en fou pas mal de ce que les autres puissent dire que t'es trop jeune et tout ça. J'ai pas honte d'avoir été ta copine, t'es une fille chouette et fais ce que tu veux du moment que ça te plait. Depuis que je suis vue comme une glandeuse par mes profs de S que je traine avec une fille qu' 19 piges et qui repique aussi sa S et qui veut devenir photographe, et avec un mec qui veut devenir realisateur, acteur, scénariste, je m'en fiche pas mal de ce que les gens pensent et de passer pour une fille pas super intelligente, je veux plus être intello, je veux être heureuse. Sans être une imbecile pour autant, imbécile heureuse c'est pas mon objectif, mais 'a pas besoin d'avoir un bac S mention très bien pour être heureux. Alors je vais essayé de prendre mon courage à deux mains et de t'envoyer un message ou de te téléphoner...

Bordel rangé dans : Ma vie passionante

rends moi célèbre :

Mlle Isuzu pour vous servir

4 coups de crayons

Lundi 18 août 2008 à 23:32

S'il existe un homme sur terre incapable d'éprouver un sentiment, c'est lui.

Il nous annonce une moret comme s'il parlait du beau temps. Dans ses yeux je n'ai jamais vue de larmes ni de tristesse, juste une espèce de décéption rageuse lorsqu'il obtenait une note en dessous de ses espérances.

Je ne citerais pas son nom, c'est vrai que dire du mal de quelqu'un derrière son dos n'est pas correcte, alors je parle juste d'une personne sans nom que je n'arrive pas à comprendre, ceux qui le connaise l'auront peut être déjà reconnu.

Je ne le comprends pas, sa façon de parler, les expressions de son visage, tout sonne faux, je n'arrive pas à le cerner... J'ai essayé de le comprendre, essayé de m'entendre avec lui mais nous n'avons pas les mêmes sujets de conversation, les même gouts, les mêmes idées, et pas la même conception de la vie.

S'il existe un homme que je ne comprendrais jamais, c'est lui.

Il parle de fric à longueur de journée, essaye de dire que contrairement à d'autre il ne se vente pas d'être friqué. Il bosse ses cours avec un serieux proche du maladif, il tient à avoir les meilleurs notes quitte à bosser les cours avant de les voirs en classes pour pouvoir répondre au questions des profs, alors que s'il avait fait un efforts l'année passé il aurait déjà passé son bac. Il est superficiel, demande qu'on soit sincère et se vexe par la suite.

S'il existe un homme qui à une façon de concevoir la vie à l'exacte opposé de la mienne, c'est lui.

Il admire Paris Hilton, danse sur de la tectonik, passe tout les mois chez le coiffeur (et en ressort avec une tête horrible.) Son blog n'est qu'une suite d'image avec de petite légende, comme un romans photo, il traine avec une fille totalement idiote parce qu'elle l'écoute sans jamais le contredire. Il lit de gros bouquins, et s'en vante pendant des lustres, parce que dans sa prepar chimie, la meilleur de france, on lit au moins 20 livres par mois. Il va dormir à l'infirmerie pour secher les cours d'histoires ou casse les oreilles de ses voisins de classe (dont j'avais le grand malheur de faire partie) en chantant des chansons de Claude François, il joue avec l'ourlet de son jean et les lacets de ses chaussures tout en racontant des choses sans interets pendant qu'une asemblé ecoute en silence un survivant des camps raconter son histoire. Il dit que sa petite copine est morte sans une larme, ca au manif pour faire comme nous, signe un papier sans lire de quoi il s'agit. Il dit que son ex est décédé par sms, que c'est fort regrétable mais qu'il tient le coups et conclu par un bonne journée.

Je deteste Paris Hilton, la tectonik et aller chez le coiffeur, mon blog est une suite de texte parfois illustré d'image, je ne peux pas voir cette fille incapable d'avoir un avi personel sur quoi que se soit, je ne me vante pas de chaque livre que je lis ne de l'école dans laquelle j'aimerais bien entrer. J'écoute les cours d'histoire et considère l'histoire comme une choseimportante qui nous permet de savoir d'où on vient et donc un peu plus où on va et surtout à ne pas répéter les mêmes erreures. Je déteste les chansons de son Clauclau et au grand jamais ne respecterais une minute de silence pour un type qui s'est éléctrocuté dans sa baignoire en revissant une ampoule, faut être con ! Je ne fait aucun bruit par contre et écoute avec tout mon respet les paroles d'un homme qui peut nous raconter son hisoire et l'Histoire avec un grand H. Je m'effondrerais et n'aurais plus la force de parler si celle que j'aimais mourrait, je n'aurait même pas la force de marcher et encore moins d'aller en cours, je ne pourrait pas parler d'elle sans pleurer. Je vais au manif par conviction profonde non pour faire comme tout le monde ou secher les cours et lit toujours un papier avant de le signer, pour donner son accord il faut toujours savoir de quoi il s'agit, aussi minim soit la chose. Et enfin je n'anoncerais pas de mort par sms, déjà généralement je le dis en face la mine sombre et les yeux baissé, au pire par téléphone.

S'il existe un homme qui vie dans un autre monde, c'est bien lui.

Il nous parle d'une copine alors qu'on le croirait gay à 100%, rien qu'a ça façon de marcher on pourrait en dédurie son orientation sexuelle, tout le monde sait qu'il est gay, sauf lui. Il nous parle ensuite d'un milliardaire très beau qui le drague mais il n'est pas gay, non, alors que pourtant je tiens de source fiable qu'il a coucher avec un mec. Il sort ensuite avec son milliardaire, nous montre ce bosse gosse dans une photo qui semble venir tout droit des pages maillot de main d'un magazine. Ensuite pour je ne sais quelles obscure raison il le quitte, soit disant qu'il ne peut pas sortir avec un mec et sort avec son ex copine qui meurt brusquement... Après il sort avec une fille soit disant au lycée dont on a jamais entendu parler ni jamais vu, et on ne les a jamais au grand jamais vu ensemble. Et ensuite son milliardaire meure... J'oubliais aussi que la mère du millardaire était mort se qui lui avait valu d'arriver bourré à une représentation théatrale vue avec une bonne partie de la classe, et que une ancienne copine avec qui il faisait les manif contre le CPE était morte également et que soit disant ce serait par ça qu'il n'y avait pas grand monde à la manif...

Toutes ces morts sans aucune larmes, toutes ses copines et ses copains qu'on a jamais vu qu'en photo et encore... J'ai de plus en plus de mal à croire à ses aventure, ni à se mec qu'il croise et qui l'invite à dinner comme ça.

J'ai fait cette suite de reproches bien malgrès moi, comme si une fois lancée je n'avais pas pu me retenir, mais j'avais beaucoup de mal à garder ça au fond de moi.

Et puisque de toute façon il faut que ça sorte autand que se soit au grand jour.

Et si un jour il tombe sur cette arcticle, se vexe et refuse de m'adresser la parole, je ne regretterais rien ... Parce que ça fait longtemps que je veux lui balancer tout ça à la figure, mais je n'ai pas le courage, de prendre le temps de dire tout ce que je pense de lui, de faire des histoires. Je ne veux pas perdre mon temps avec cet imbécile qui vie dans un autre monde, celui qu'il invente à sa sauce et auquelle il essait désépérement de nous faire croire. Je n'ai rien contre les gens qui vivent dans un autre monde, mais contre ceux qui veulent nous forcer à rentrer dans le leur, et son monde il est mocha, plein de morts sans tristesse et de deuil sans larmes.

S'il existe un homme dont je ne regreterais jamais l'absence, c'est lui.

 

 

 

 

Bordel rangé dans : Ma vie passionante

rends moi célèbre :

Mlle Isuzu pour vous servir

3 coups de crayons

Mardi 12 août 2008 à 16:20

Pour la première fois depuis longtemps, mes parents irreductible admirateur de la bretagne ont décidé d'écouter nous revendication et d'aller en vacances dans une région où le climat est... moins humide, plus supportable, bref agréable.

Durant les 5 premiers jours on était très content de voir aucune goutte de pluie gacher nos vancances, pour une fois, j'ai même écrit mes cartes postale en disant que le temps était magnifique et que ça changeait de la bretagne. Jusqu'a ce qu'il se mette à pleuvoir et que ma mère dise comme si de rien que le Pays Basque et l'une des régions les plus pluvieuses après la bretagne. J'ai cru que mon frère et moi allions l'étripé quand ils disaient qu'au moins il ne faisait pas froid, à croire qu'elle en fait exprès.

Bref l'air de rien c'était quand même géniale, on a vu des foules de gens habillé en blanc et rouge pour les fêtes de Bayonne, du rouge basque à foison, un abbaye qui ne valait pas le detour mais les champs de kiwi sur le chemin était marrant. Mon père à perdu sa fausse dent en se battant contre un vague sur une plage de Biaritz (et hop 400€ dans la poche d'un dentiste de Bayonne), on a vue Bayonne une ville magnifique, et des nuages espagnoles.

Bref c'était super quand même et je crois bien que je suis tombée amoureuse de la ville de Bayonne, je trouve que c'est une ville superbe, même si sa Fnac ne vaux pas le détour le choix niveau tablette graphique est limité (et puis y'a pas un Yaoi au rayon manga !).

Bref j'approfondirais certain détail de mes vacances plus tard...

Bordel rangé dans : Ma vie passionante

rends moi célèbre :

Mlle Isuzu pour vous servir

3 coups de crayons

Mardi 12 août 2008 à 16:08

Sur la route des Vacances

Mon sac est plein à craquer pourtant j'ai pas pris toute ma pile de fanfic et autre brouillonage, juste une provision de CD suffisante pour supporter mes frangins pendant les vacances (je met la musique à fond et miracle je ne les entends plus !), donc ça fait quand même 28 CD, y'a de quoi faire...

On est parti à 5h du mat et impossible de dormir avec le remu ménage, resultat même de l'existence de mes deux frangin. Ils finissent par se calmer mais trop tard il fait jour, donc pour le roupillon c'est foutu, le plus grand joue au game boy, pokémon version cristalle, c'est juste la 35eme fois qu'il bat la ligue pokémon (c'est vrai en plus.) et l'autre regarde les plaques d'immatriculation des voitures qu'on double, ou l'inverse.

Et c'est partie pour une semaine de vacances, j'ai déjà écouté MC Solaar 5eme as et chapitre 7, Tryo grain de sable et le 1er de Louise attaque, le draco de mon frère à gagner 7 niveau et l'autre à récupérer l'atlas des cartes routières de france pour [qu'il arrête de nous péter les couilles avec sa question de quel département c'est] hurm, qu'il entretienne son savoir tout récent de la lecture en lisant lui même les départements écrit en tout petit en face des numéros correspondant à la fin de l'atlas, figurez vous que le département 33 est selon lui la Guirnioude (en vrai c'est la Gironde).

Je vais essayer de revenir vivante, mais ça va être dur j'ai presque plus de pile dans mon baladeur (je suis foutu).

Bordel rangé dans : Ma vie passionante

rends moi célèbre :

Mlle Isuzu pour vous servir

2 coups de crayons

<< Retour vers le futur | 1 | 2 | 3 | Machine à remonter le temps >>

Créer un podcast